Lentement mais sûrement, des maisons passives apparaissent dans notre pays. Ces bâtiments sont construits dans un concept d’économie maximale de l’énergie. Cependant, les matériaux utilisés dans leur fabrication ne sont pas toujours écologiquement durables.

Peut-on concilier le passif et l’écologique dans un même projet ?

La maison passive est, dans le domaine de la construction, la meilleure réponse à l’augmentation du prix de l’énergie et au réchauffement climatique :

Isolation et ventilation très poussées… Énergie solaire pour la production d’eau chaude et d’électricité… Énergie éolienne… Recyclage des eaux usées… Climatisation par puits canadiens… Toitures vertes… Autant d’éléments qui permettent au bâtiment un gain considérable d’énergie !

Toutefois, les matériaux utilisés pour la fabrication de bâtiments passifs sont encore actuellement peu écologiques. L’utilisation de béton, de fer, d’isolants à base de polyuréthane ou d’aluminium permettent effectivement d’obtenir une isolation avec un coefficient thermique de très bonne qualité mais ce sont surtout des matériaux demandant énormément d’énergie pour leur fabrication, leur transport et/ou leur mise en oeuvre (énergie grise élevée). De plus, ce sont généralement des produits non réutilisables et difficilement recyclables.

Quels matériaux utiliser pour une construction passive et écologique ?

Tout comme les bâtiments passifs, les maisons écologiques font leur apparition dans nos régions. Celles-ci sont conçues et construites dans une optique globale de respect de l’environnement. Les produits les plus utilisés actuellement sont : le bois, la cellulose, le liège, le chanvre, la paille, etc. Ces matériaux ont des propriétés (physiques, mécaniques, thermiques..) semblables et même parfois supérieures aux matériaux traditionnels tout en étant fabriqués de manière durable (peu d’énergie dépensée pour la production et le transport, facilement recyclables, pas de dégagement de polluants…)

Les bâtiments passifs peuvent donc aisément intégrer ce type de produit dans leur structure. Le résultat en sera d’autant plus positif et écologique : non seulement des gains d’énergie sont effectués mais la conception et la réalisation sont aussi respectueuses d’un point de vue écologique.

La relation entre bâtiments passifs et matériaux écologiques dans une optique durable est essentielle pour que ce concept prenne toute sa valeur environnementale.